Station de trail de Gérardmer - Parcours 5

Station de trail de Gérardmer - Parcours 5

☙ Posté le 06-10-2014  | ⏱ 6 minutes  | ✏ 1234 mots  | ✍ Christophe Masutti

Le réseau des stations de trail est une initiative conjointe de la société Raidlight et d’acteurs territoriaux (voir l’historique). Depuis le printemps 2014, Gérardmer dispose de sa station de Trail et fait désormais partie du réseau. Au moins deux événements réguliers et célèbres se déroulent sur la station : l’Ultra-montée du Tetras et le Trail de la Vallée des Lacs. Mais la station propose plusieurs parcours et ateliers qui présentent un grand intérêt pour les coureurs, de passage ou habitant des environs, et permettent de découvrir la région de Gérardmer d’une manière originale…

Description

Se rendre à la station de trail est très simple. Arrivé à Gérardmer, suivez simplement les indications des pistes de ski alpin de la Mauselaine. Allez tout au bout du parking, c’est là que se situe le départ

Si toutefois vous souhaitez profiter des dispositifs de la station de trail (casier, douche, salle de repos) pour une somme modique (5 euros la journée), il vous faudra passer à l’Office du tourisme au préalable. Tout est expliqué sur le site de la sation.

Par ailleurs, cet article de Fredéric Flèche montre très bien, avec des photos, la configuration des lieux.

Une fois à la Mauselaine, rendez-vous au niveau des caisses de la station de ski, poursuivez le chemin en direction du télésiège sur une centaine de mètres. Vous trouverez un mur en béton sur lequel sont affichés les différents parcours et ateliers.

La signalétique est simple : vous choisissez votre parcours et vous suivez son numéro inscrit sur les balises. Plusieurs parcours empruntent parfois les mêmes balises, ce qui explique que celles-ci puissent être composées de plusieurs chiffres (par exemple 57 pour les parcours 5 et 7). Un code couleur (niveau de difficulté) est aussi disponible. Le mieux est de choisir votre parcours depuis chez vous sur le site de la station : vous pourrez ainsi consulter la météo (parfois fort capricieuse en ces lieux) et regarder de plus près le profil altimétrique.

Nous allons nous pencher plus précisément sur l’un des parcours de la station la Boucle des Écarts, le numéro 5.

Le parcours 5

Les parcours de la station n’ont pas seulement été élaborés en fonction des aspects techniques des entraînements. Ils ont aussi été imaginés par des amoureux de la Vallée des Lacs, soucieux de procurer au traileur les meilleurs souvenirs.

Au programme : des points de vues enchanteurs, une végétation changeante et des lieux parfois même trop peu connus des habitants.

Si le soleil est au rendez-vous, bien que discret dans les sous-bois, votre course sera d’autant plus agréable.

Avant tout, il faut expliquer pourquoi la Boucle des Écarts porte ce nom. Un écart, dans les Hautes Vosges, est une petite prairie isolée sur les hauteurs d’une vallée, souvent dotée d’une ou plusieurs fermes. Au fil du parcours, vous allez donc croiser des lieux forts anciens. La plupart du temps, en l’absence d’élevage, vous ne verrez que des épicéas. Mais à l’époque, tous ces endroits étaient fortement défrichés et servaient de pâturages.

Dans l’ordre du parcours, les noms des principaux écarts sont les suivants : La Mauselaine (avant d’être une station de ski), la Rayée, le Grand Étang, Les Bas Rupts, La Poussière, la Basse du Rôle, l’Urson, la Grande Mougeon, Le Phény, Mérelle (étang), Ramberchamp, Le Costet.

Passons au vif du sujet. Le parcours est dans l’ensemble un bon entraînement aux montées, bien que celles-ci soient assez courtes. La distance est de 16 km pour 762m+, ce qui ne demande pas un haut niveau technique.

La morphologie du terrain comporte du sentier (50%, dont deux passages pierreux en descente), du chemin forestier (35%) du bitume (15% surtout en ville). Les bâtons ne sont pas du tout nécessaires. Sur l’ensemble du parcours le balisage est très clair et les balises ne manquent pas (même si on peut toujours améliorer l’existant déjà de très bonne qualité). Par ailleurs, l’état du parcours est normalement indiqué sur le site de la station de Trail qui insiste bien sur ce point : se renseigner avant de partir !

Si vous partez depuis le mur des parcours, à la Mauselaine, redescendez quelques foulées en direction du parking : le parcours débute par l’ascension d’une piste de ski (là où se situent les petits téleskis)…

Retournez-vous de temps en temps pour admirer le point de vue sur Gérardmer. Sur la totalité du parcours on peut recenser quelques montées et descentes remarquables (plus ou moins techniques).

Je vous conseille d’imprimer le topo disponible sur le site de la station, avec le profil altimétrique. Il y quatre passages qui selon moi méritent d’être mentionnés :

  1. La première montée, sur une piste de ski herbeuse et parfumée… Cette manière de débuter un parcours n’est pas forcément ultra-confortable, alors on y va doucement car la montée est assez longue. Cette partie du parcours est néanmoins originale, et aucune pierre ne vient vous gâcher la foulée.
  2. La montée depuis le Col du Haut de la côte (km 4 à 6): il s’agit d’un chemin forestier très roulant en faux-plat qui se termine par une côte raide à travers les épicéas. Là, il faut savoir monter sans précipitation, mais cette difficulté reste assez courte.
  3. La descente depuis Mérelle jusqu’au lac de Gérardmer (km 11 à 12): un sentier assez pierreux sur lequel il faut absolument rester attentif aux promeneurs. Attention par temps de pluie aux pierres glissantes.
  4. La dernière montée, depuis les rues de Gérardmer jusqu’à la Mauselaine en passant par la Roche du Rain et le Costet (km 14 à 16): sachez garder un peu d’énergie sous la semelle car il est facile de se laisser aller à quelques accélérations en fin de parcours et se retrouver à sec lorsqu’il faut dépenser encore de l’énergie jusqu’à l’arrivée.

Lorsque vous arrivez au pied de la Tour de Mérelle, et si vous ne connaissez pas cet endroit, je vous conseille fortement d’appuyer sur la touche STOP de votre chrono et de gravir la centaine de marches de la tour : une splendide vue sur la vallée de Gérardmer vous y attend! S’il n’y a aucun visiteur, ne vous arrêtez pas et considérez cette ascension comme une partie du parcours, cela ajoutera un peu de dénivelé (mais ne descendez pas les marches en courant, c’est trop dangereux).

Enfin, vous aurez noté que le parcours passe sur les bords du lac de Gérardmer puis dans le centre ville… Suivant l’heure de la journée, vous risquez de vous retrouver à slalomer entre les passants, ce qui peut ne pas être agréable, surtout en fin de parcours.

Le bord du lac, en particulier au niveau de la passerelle du complexe nautique, figure parmi les endroits les plus fréquentés en saison et les week-end: enfants en vélo, poussettes, sorties familiales, etc. Essayez donc plutôt de passer derrière le complexe nautique pour rejoindre directement la D486, même si cela vous oblige à arpenter du bitume.

Vous pouvez aussi éviter les trottoirs du centre ville de la manière suivante : si vous passez par la D486, vous tomberez sur un rond-point. Prenez à droite (Rue du 29e BCP), montez et prenez la deuxième rue à gauche (Rue Haute) : vous évitez le centre ville et arriverez derrière la mairie. Vous pouvez alors rattraper le parcours à cet endroit.

Le tracé en lien ci-dessous n’est pas le parcours normal : pour moi, le début se situe à Gérardmer. Mais vous pouvez voir comment j’évite le centre ville.

Tracé du parcours