Un ordi par lycéen : la surenchère inutile

Un ordi par lycéen : la surenchère inutile

☙ Posté le 10-01-2021  | ⏱ 15 minutes  | ✏ 3183 mots  | ✍ Christophe Masutti

Dans un élan qui s’accentue de plus en plus depuis 2010, les Régions de France distribuent en masse des ordinateurs portables à tous les lycéens. « Lycée 4.0 » dans la Région Grand Est, « Lordi en Occitanie », « virage numérique » des lycées en Île de France, etc. Tout cela vient s’ajouter à la longue liste de projets plus ou moins aboutis des instances territoriales qui distribuent tablettes et ordinateurs portables avec une efficacité pédagogique fort discutable. Tout porte à croire que l’enjeu consiste surtout à verser dans la surenchère où la présence d’ordinateurs portables sur les tables reflète une image obsolète de l’école du futur, tout en faisant entrer dans les établissements scolaires certains modèles économiques des technologies numériques.

Il serait facile de rapprocher ces projets d’autres initiatives, plus anciennes, de production d’ordinateurs portables à très bas prix afin de permettre leur distribution dans des pays en développement (par exemple, le projet OLPC). Cependant les ambitions affichées par les Régions sont assez floues quant aux objectifs réellement poursuivis. Souvent employé, l’argument de la réduction de la « fracture numérique » n’est pas le plus évident car il s’agit avant tout d’élire des projets de « lycées connectés » et de faciliter les apprentissages des lycéens là où la plupart disposent déjà d’équipements informatiques. Par exemple, si le projet Lordi en Occitanie consistait en première intention à faciliter l’achat d’un ordinateur portable pour les familles, il s’est transformé en distribution générale pour tous les lycéens de la Région. C’est donc bien une transformation des modalités pratiques des enseignements qui est visée, en faisant de l’ordinateur une recette miracle d’optimisation du rendement scolaire.

Qu’est-ce qui chiffonne ?

On sait depuis longtemps qu’un apprentissage de niveau primaire ou secondaire n’est pas plus efficace avec ou sans ordinateur (ou tablette). Il y a en effet une grande différence entre un apprentissage de l’ordinateur (la programmation et les techniques) ou aux outils de communication numériques, et l’apprentissage avec l’ordinateur, ce qui suppose d’en avoir déjà une grande expertise, ce qui est loin d’être le cas (j’y reviens plus loin).

La politique se résume souvent à bien peu de choses. Ces derniers temps, montrer qu’on s’occupe de la jeunesse revenait essentiellement à distribuer des tablettes et des ordinateurs portables par brouettes : limiter la « fracture numérique », favoriser « l’égalité d’accès au digital », « projet ambitieux » pour « accompagner l’avenir » des jeunes… tout un appareillage lexical fait de périphrases abscondes qu’on qualifiera surtout de condescendantes.

En fait, ce qui est vraiment moisi, dans cette affaire, ce n’est pas le gaspillage d’argent (qui pourrait être bien mieux employé si ce genre de politique était au moins concertée avec les enseignants), non, c’est l’impact environnemental et cognitif de ces opérations. Les prémisses sont d’une part les technologies choisies (du matériel très moyen qui ne tient pas la durée) et d’autre part l’acculturation aux produits Microsoft (qui empêche l’entretien durable des machines en favorisant la passivité face aux logiciels).

Culture du jetable

Concernant les choix technologiques, c’est toujours la même histoire. Les logiques d’appel d’offre obligent les institutions publiques à effectuer des choix toujours très contraints. Et bien souvent dans ces cas là, bien que l’expertise soit menée par des personnes très compétentes, la décision revient à des politiques qui, lorsqu’ils ne sont pas parfaitement embobinés par les lobbies, ne mesurent les conséquences de leurs actions qu’en fonction du degré de satisfaction de leur électorat. Et comme aujourd’hui l’électorat est soit vieux, soit réac., soit facho1, autant dire que le plus important est de prendre une belle photo avec des jeunes en classe, leurs ordinateurs portables ouverts et bien attentifs à ce que dit le prof… (non, pardon : l’élu qui est venu faire une conférence de presse).

En matière de choix, disais-je, les ordinateurs des Régions finiront exactement comme les tablettes des lycées « pionniers » des années 2010 : au fond des tiroirs. Le premier sas vers la poubelle. Car en matière de filière de recyclage pour les matériaux de nos petites merveilles numériques, c’est zéro ou presque rien. Tout au plus quelques associations recyclent des machines pour en équiper les plus pauvres. Elles accompagnent d’ailleurs ces actions avec une vraie formation aux outils numériques, et font preuve de bien plus d’utilité publique que les plans Région dont nous parlons ici. Mais à part ces actions, je me demande encore comment vont terminer les centaines de milliers d’ordinateurs des lycéens dans quatre ou cinq ans.

Sans parler du fait que nous brûlons nos crédits écologiques tout en favorisant des économie minières inégalitaires et des guerres en sur-consommant des dispositifs numériques dans nos pays industrialisés. Quelle est la qualité des appareils fournis par les plans Région ? sont-ils assez évolués pour être plus durables que ce qu’on trouve habituellement dans le commerce bon marché ?

Même pas. Des machines qui atteignent péniblement 4Go de Ram, des matériaux de qualité moyenne, avec des périphériques moyens… Ce n’est pas tellement que les Régions fournissent des machines bas de gamme aux lycéens : elles leur confient des machines qui fonctionnent… mais ne tiendront jamais la distance.

En Région Grand Est à la rentrée 2020, les lycéens en classe de Seconde ont reçu des ordinateurs HP 240 G7, processeur Intel Celeron N4000, 4 Go de Ram, 128 Go SSD. Il faut envisager leur état dans trois ans, à la fin du lycée, par exemple, lorsque les usages deviendront plus sérieux. Sans parler du boîtier en plastique qui montre très vite des signes de faiblesse chez tous les élèves (et pas seulement les moins soigneux). Ajoutons de même que la question ne se pose pas seulement dans le Grand Est : en Île de France, outre les problème de gestion, la qualité des dispositifs n’est clairement pas au rendez-vous (voir cet article du Parisien du 11/01/2021). Hé oui, amis décideurs : si c’est pas cher, parfois c’est qu’il y a un lièvre (dans cette petite vidéo, vous avez au début un petit florilège).

Microsoft obligatoire

Bien sûr ce type de machine a une configuration matérielle largement suffisante pour une distribution GNU/Linux (la vidéo que je mentionne ci-dessus montre comment installer ElementaryOS sur ces ordinateurs). Avec un tel système d’exploitation, on pourrait envisager l’avenir de la machine de manière beaucoup plus sereine (je ne parle pas du boîtier, cela dit). Mais voilà : installer GNU/Linux apporte plus de confort et de fiabilité, mais rien n’est fait pour que les lycéens puissent l’utiliser.

En effet, deux obstacles de taille s’opposent à l’emploi d’un système libre.

Le premier c’est la connexion au Wifi des lycées : aucune autre procédure de connexion ne semble être disponible dans la Région Grand Est, à part sous Windows. J’ignore ce qu’il en est dans les autres Régions. C’est un obstacle tout à fait surmontable, à condition de développer les bons petits scripts qui vont bien et accompagner les lycéens dans l’utilisation de GNU/Linux. Mais cela implique une vraie volonté politique, or cet aspect des choses n’intéresse absolument pas les élus.

Le second obstacle m’a été rappelé récemment par le compte Twitter de la Région Grand Est : les liseuses des manuels numériques ne sont disponibles que sous Microsoft Windows. Correction cependant : ils sont disponibles en ligne avec un navigateur, mais d’une part il faut une connexion internet et d’autre part, pour les manuels dits « interactifs », les fonctionnalités manquent. Impossible de télécharger un manuel (sous format PDF, ou mieux, du HTML ou du Epub, par exemple) et l’utiliser localement sans être dépendant des logiciels des éditeurs (car il y en a plusieurs !).

Résumons donc la position de la Région Grand Est : puisque les éditeurs de manuels ne les rendent disponibles que sous Microsoft Windows (ou Apple), c’est-à-dire à grands renforts de verrous numériques (DRM), il est normal d’obliger les élèves à n’utiliser que Microsoft Windows…

Imaginons un instant la même logique appliquée aux transports : si on se fout de l’impact environnemental de la pollution des véhicules à moteur, étant donné que la plupart des stations services distribuent de l’essence, il est inutile de chercher à promouvoir des énergies alternatives.

C’est sans compter les initiatives d’éditions de manuels libres et de grande qualité telle Sesamath où le fait que, au contraire, certains éditeurs de manuels fournissent bel et bien des manuels sans pour autant obliger l’utilisation de tel ou tel système d’exploitation. Ou même la possibilité, éventuellement, de travailler en coordination avec l’Éducation Nationale pour demander aux éditeurs de créer des versions de manuels compatibles, par exemple en s’appuyant sur des appels d’offres correctement formulés. Mais non. En fait, puisque la Région n’a aucune compétence en éducation, comment imaginer qu’il y ai une quelconque coordination des efforts ? Peut-être que les Régions auraient ainsi appris que des ordinateurs en classe sont parfaitement inutiles…

OK. Mais le problème est bien plus large. C’est dès la mise en service de l’ordi que les élèves se trouvent bombardés de pop-up les invitant à installer MSOffice 365 et à ouvrir un compte Microsoft OneDrive. Tout cela bien encouragé par la Région qui explique benoîtement comment faire pour valider sa version de Microsoft Office (alors que LibreOffice est déjà installé). En plus, la version est valable sur plusieurs machines dont 5 ordinateurs (donc les lycéens détiendraient en majorité déjà des ordinateurs ?). Ben oui, si c’est gratuit…

Et c’est là qu’on peut parler d’une acculturation de masse. « Acculturation » est un terme qui relève de la sociologie et de l’ethnologie. Cela signifie dans une certaine mesure l’abandon de certains pans culturels au profit d’autres, ou de la création d’autres éléments culturels, par la fréquentation d’une autre culture. C’est ce qui se passe : alors qu’un outil informatique devrait toujours laisser le choix à l’utilisateur de ses formats et de son utilisation, l’adoption de normes « Microsoftiennes » devient obligatoire. On organise ainsi à l’adhésion forcée à ce monde où l’on parle de « Pohouèrepointe » et de « documents ouhorde ». On passera sur les recommandations du Référentiel Général d’Interopérabiltié du gouvernement Français qui recommande les formats ouverts ou bien (au hasard) la Déclaration des gouvernements européens à Talinn2 et une foule d’autres directives plaidant très officiellement pour l’utilisation des formats ouverts et des logiciels libres.

Et en ces temps de confinement à cause de la COVID, la posture s’est trouvée d’autant plus auto-justifiée. Preuve, s’il en était besoin, que chaque élève devait bien satisfaire aux exigences des enseignements à distance avec les ordinateurs qui leurs sont confiés. C’est justement ce qui rend la critique difficile, l’ordinateur faisant office de vecteur d’égalité des élèves devant les contraintes numériques. En revanche, l’argument peut se retourner aisément : n’importe quel enseignant honnête pourra témoigner de l’extrême difficulté à enseigner à distance, de l’inadaptation pédagogique de la visio-conférence, de l’intensification des inégalités des conditions sociales et d’accès aux connaissances. L’ordinateur inutile en classe est aussi un vecteur d’inégalité devant les apprentissages là où il est censé être une solution d’accès égalitaire à la technologie. En d’autres termes, focaliser sur les solutions technologiques au détriment des vrais problèmes, cela s’appelle du solutionnisme et les Régions s’y baignent avec délectation.

Des projets contre-productifs

Les plans Régionaux de distribution d’ordinateurs aux lycéens sont des instruments de communication politique qui effacent sciemment de l’équation les aspects sociaux et cognitifs de la vie des lycéens. Ils éludent l’expertise des enseignants et imposent des usages (les manuels numériques et les conditions d’exploitation des éditeurs). Ils imposent l’obligation de gérer le rapport de l’élève à l’ordinateur, c’est-à-dire un second média dans la classe, le premier étant l’enseignant lui-même et ses propres outils que sont le manuel, le tableau, les photocopies, le video-projecteur.

Partout l’ordinateur donne à voir un surplus d’information qui a tendance à brouiller le message dans la relation maître-élève. C’est pourquoi les syndicats d’enseignants trouvent évidemment beaucoup à redire face à ces plans numériques. Mais quels que soient les arguments, les Régions auront beau insister sur le fait que l’ordinateur est un bon outil pour le lycéen, les études menées dans ce domaine montrent surtout que les résultats escomptés sont loin d’être au rendez-vous. Si l’ordinateur (+ Internet) à la maison ou au CDI est évidemment un accès supplémentaire éventuellement profitable à l’acquisition d’informations (et pas forcément de connaissances), l’ordinateur en classe est parfaitement contre productif. Adieu la belle image des salles de classe Microsoft, vitrines alléchantes du solutionnisme ambiant (et coûteux) :

  • l’utilisation d’un ordinateur portable pour prendre des notes en cours entraîne un déficit de traitement de l’information et devient préjudiciable à l’apprentissage (voir cette étude),
  • l’usage d’Internet en classe avec des ordinateurs portables (y compris pour effectuer des recherches censées être encadrées par l’enseignant) détourne l’attention et provoque une baisse de performance (voir cette étude),
  • le comportement multitâche lié à l’usage de l’ordinateur en cours entraîne une baisse de la productivité (voir cette étude),
  • les élèves les moins bons pâtissent en premier lieu des difficultés de concentration causées par l’usage de l’ordinateur en classe (voir cette étude),
  • les élèves mutlitâches (avec ordis) ont non seulement des résultats moins bons, mais gênent aussi ceux qui n’ont pas d’ordi (voir cette étude),
  • même dans les écoles militaires on voit apparaître la baisse de rendement pour les élèves qui utilisent des ordinateurs ou des tablettes en classe (voir cette étude).

La liste de références académiques ci-dessus est le résultat d’une demi-heure de recherches rapides sur Internet. Un temps qui aurait pu être mis à profit avant de lancer concrètement les institutions dans la distribution à grands renforts de communication. Ces études me semblent assez alarmistes pour interroger sérieusement le slogan de la Région Grand Est (« Lycée 4.0 : de nouveaux outils pour apprendre »).

Bien sûr beaucoup d’autres études vantent depuis longtemps l’usage des TIC dans l’éducation, mais une première analyse me porte à juger que les avantages ainsi mis en avant se situent surtout dans l’acquisition de compétences liées au numérique et non pas dans l’apport réel de l’ordinateur « en classe », c’est-à-dire comme un outil censé améliorer la productivité et le rendement des élèves. Nuance. Le raccourci est bien trop dangereux entre d’une part l’idée que les TIC doivent être utilisées dans le primaire et le secondaire parce que nous vivons dans une société de la communication numérique, et d’autre part l’idée que l’ordinateur est par conséquent l’outil idéal pour acquérir et maîtriser des connaissances.

Ce raccourci, c’est la porte ouverte aux injonctions malheureuses envers les plus jeunes dans notre société. Un jeune serait-il forcément plus enclin à apprendre avec un ordinateur qu’avec un papier et un crayon ? Est-ce qu’un manuel scolaire sera meilleur qu’un autre parce qu’il possède une version numérique et interactive ? est-ce que les représentations, les intentions, les analyses des plus jeunes doivent nécessairement passer par un ordinateur pour être plus pertinentes ?

L’injonction faite aux élèves

Il y a des livres qu’on devrait tous lire et à commencer par les politiques qui se mêlent d’éducation. Le livre d’Anne Cordier, intitulé Grandir Connectés chez C&F Éditions (par ici), fait partie de ce genre de livres.

Dans le processus de recherche d’information, Anne cordier nous invite à moult précautions lorsqu’on évalue les pratiques informationnelles des « jeunes ». D’abord en distinguant la maîtrise experte de l’outil de la simple familiarité à l’outil, et ensuite en remettant en cause le cadre de l’évaluation qui trop souvent tend à évaluer la capacité cognitive (le jeune est forcément toujours un novice par rapport à l’adulte) et non les riches stratégies d’apprentissage, aussi différentes que la jeunesse est multiple et non uniforme, au moins sociologiquement. Si bien que les pratiques informationnelles des jeunes et des adultes ne sont pas si différentes dans leurs approches, loin de la pseudo distinction entre le monde adulte et celui des digital natives dont on a forgé la représentation pour en faire des cibles marchandes tout en renvoyant les adultes à leurs propres difficultés. Une doxa largement intégrée chez les adultes comme chez les plus jeunes.

Car voilà, ce qui pèse c’est l’injonction. Cette norme à laquelle on invite les plus jeunes à se conformer dès les premiers apprentissages : savoir se servir d’Internet, savoir envoyer un courriel, savoir se « servir » d’un ordinateur. L’appétence supposée des enfants envers l’ordinateur les confronte à une norme de laquelle il leur est impossible de se départir : l’appétence équivaudrait à l’expertise. Et les adultes y calent leurs propres incompétences parce qu’ils n’en n’auraient, eux, aucune appétence ou très faible.

Qu’est-ce que cela signifie ? tout simplement que les adultes qui n’ont qu’une expertise faible de l’ordinateur et plus généralement des infrastructures numériques et des outils de communication, supposent qu’il suffit à un enfant de fréquenter un ordinateur pour en acquérir l’expertise. Dès lors il n’y aurait plus de problème pour que l’ordinateur devienne un outil permettant, voire optimisant, l’acquisition de connaissance à l’école ou au lycée.

Hélas, ce n’est ni une condition nécessaire ni une condition suffisante. Il suffit par exemple d’interroger les associations d’éducation populaire qui, tous les jours ont affaire à des jeunes (et des moins jeunes) et voient à quel point malgré la présence d’un téléphone portable dernier cri dans la poche ou d’un ordinateur très cher dans la chambre, une multitude est complètement dépassée par le numérique. Pour beaucoup, Internet n’est constitué que d’une série d’applicatifs permettant d’utiliser les services des GAFAM. Quant à une adresse courriel, on a perdu le mot de passe, on ne s’en sert pas. On ignore même avoir un compte Google alors qu’on a un smartphone Android.

L’injonction faite à ces jeunes est d’autant plus cruelle qu’elle nie complètement leur rapport au numérique et leur renvoie en pleine face la responsabilité de leur inadaptation aux apprentissages. C’est exactement la même chose pour les plus vieux qui ont un rapport d’autant plus distant aux services publics que ces derniers estiment suffisant de les renvoyer sur un site internet pour effectuer toutes les démarches nécessaires à la vie publique. Si « tout le monde a Internet » alors tout le monde sait s’en servir. Rien n’est plus faux. On pourra aussi lire à ce sujet l’excellent ouvrage de Dominique Pasquier, L’internet des familles modestes (par ici) et constater qu’on n’y parle pas seulement des plus modestes…


Illustration : « L’avènement de l’école informatisée », par Shigeru Komatsuzaki, parue dans Shōnen Sunday, 1969 (archive).



  1. La caricature est rude, mais qui osera me dire qu’elle ne reflète pas la sociologie du vote en ce moment ? [return]
  2. Déclaration de Talinn, 06/10/2017, extrait : «[Les États membres invitent] la Commission à envisager un renforcement des exigences relatives à l’utilisation de normes et de solutions à code source ouvert lorsque la (re)construction de systèmes et de solutions TIC est effectuée avec un financement de l’UE, notamment par une politique appropriée de licences ouvertes–d’ici à 2020.» Pour information, le projet de Lycée 4.0 de la Région Grand Est s’est trouvé co-financé par le FEDER. C’est sans doute pour cette raison qu’on trouve LibreOffice installé sur les machines. Ce qui s’apprente à du Libre-whashing si, dans le même mouvement, tout est fait pour inviter les utilisateur à utiliser des logiciels de la suite MSOffice. [return]