Statium Blog
[  Christophe Masutti  ]
   

Pourquoi tant de haine ?

☙  Posté le 21-08-2021  | ⏱ 10 minutes  | ✏ 1932 mots  | ✍ Christophe Masutti

Une mauvaise ambiance règne actuellement dans le massif des Vosges. En plus d’être la cible régulière de tentatives d’homicides par pièges, les pratiquants de VTT se voient aujourd’hui accusés de bien des maux. Des pétitions s’échangent entre les partisans du clivage et ceux qui tentent de le dépasser pour avancer. Les journaux locaux ont couvert les derniers évènements que je vais relater rapidement avant d’essayer de m’intéresser aux raisons profondes de ce malaise entretenu par quelques personnes qui normalement ne devraient pas mériter autant d’attention.

La recrudescence du tourisme après les mois de crise sanitaire y est sans doute pour quelque chose : on ressort les vélos, et cela dérange. Pourtant le problème persiste depuis des années (nos sénateurs l’ont déjà noté) : des pièges à VTT sont posés régulièrement par des individus exceptionnellement malveillants. Cela touche toute la France, mais dans les Vosges tout particulièrement, il peut s’avérer dangereux de sortir son vélo. Les pelotons de gendarmerie commencent à s’inquiéter vraiment du phénomène, et une affaire récente, celle d’un jeune pratiquant d’Enduro passé à deux doigts la mort, donnera peut-être lieu à une enquête en règle. La Mountain Bike Foundation a fait un communiqué à ce sujet.

La presse nationale parle de plus en plus de ce phénomène auparavant relégué à de simples anecdotes. Ainsi le journal l’Equipe en 2019, Le Figaro en octobre 2020, France TV en mars 2021. Dans les canards locaux, on relate avec plus de détails : des pieux, des barbelés, et surtout les fameuses planches à clous.

J’arrête ici la revue de presse, car il est prévisible que ces histoires continuent à tourner régulièrement jusqu’à devenir des marronniers, comme la neige en hiver et le soleil en été.

Dans ma pratique de vététiste, j’avoue ne jamais avoir été confronté à ce genre de pièges élaborés. On les trouve plus généralement là où les vététistes sont censés le plus déranger : sur les pistes d'Enduro plus ou moins improvisées (j’y reviendrai à la fin de ce billet). En revanche, j’ai été confronté comme tous les vététistes quelles que soient leurs pratiques à ces branches ou pierres posées délibérément en travers du chemin ou en appui à hauteur de tête1.

Si je raconte cela, c’est pour mettre sur le même plan les deux comportements : entre improviser un obstacle délibérément mais avec les moyens disponibles sur le moment, et élaborer un piège en prenant le temps de le fabriquer et le poser à un endroit choisi. Il s’agit de la même malveillance. Les deux ont pour ambition de blesser, voire de tuer et en tout cas de punir. Leur seule différence est que la première est une opportunité tandis que l’autre a juste une intentionnalité beaucoup plus forte.

Qu’est-ce qui motive un tel geste ?

Il y d’abord l’agressivité. À la racine, un ensemble d’angoisses et de peurs que l’individu est incapable de surmonter, soit parce qu’il n’a pas en lui les ressorts nécessaires pour le faire (qui s’acquièrent à l’enfance) soit parce qu’il y a chez lui une forme d’inhibition à la transgression de la norme qui consiste à ne pas nuire à autrui. Mais cela n’explique rien : nous sommes ici dans les mécanismes qui expliquent l’acte et non l’intention.

Comment expliquer l’intention, alors ? Nous sommes ici dans un processus d’attribution de responsabilité et de motivation à punir. Il y a des faits qui sont la cause d’un désordre dans la représentation de ce qui, pour l’individu, devrait être la norme. On s’interroge donc sur les valeurs.

Pour un défenseur de la nature à tendance préservationniste, le plus important est que l’homme dérange le moins possible la faune et la flore dans un soucis d’équilibre dit naturel. La valeur placée ainsi au dessus de toutes les autres, c’est cet idéal d’une nature préservée de l’homme. Pour un chasseur passionné, le bon management de la faune consiste en premier lieu à stabiliser et ne pas faire fuir le gibier. La valeur principale est donc le respect de l’équilibre cynégétique qui lui permet de chasser. Pour un promeneur contemplatif, l’essentiel est de trouver dans la montagne un lieu propice à la contemplation, au calme, loin de toute agitation censée troubler sa quiétude personnelle. La valeur principale est le respect de cette quiétude.

On notera qu’il y a un spectre très large d’activités qui pourraient entrer en conflit avec ces valeurs. Par exemple, un chantier forestier avec tronçonneuses et autres engins de débardage. Mais il ne faut pas oublier que les valeurs ne sont jamais exclusives. On parle d’un système de valeurs pour tout un chacun. Ainsi le bûcheronnage étant un travail, il est un effort productif, et n’entre pas forcément en conflit parce qu’il fait appel à d’autres valeurs qui ont une importance tout aussi forte que les précédentes. De même imaginons un groupe d’écoliers qui croise le chemin du promeneur contemplatif : sans doute troublé par les cris des enfants, il y a peu de chances qu’il y voie une atteinte à ses valeurs à moins de détester l’enfance (cela arrive, cependant).

Donc, il ressort de cette psychologie de bazar, qu’en plus de voir ses valeurs remises en question, l’individu doit trouver chez d’autres individus des valeurs qu’il peut condamner dans la mesure où elles entrent en conflit avec son propre système de valeurs dans lequel elles ne peuvent pas s’inscrire.

Les valeurs sportives sont une cible idéale pour cela, surtout chez les personnes qui n’éprouvent aucune attirance pour le sport. Mais c’est encore insuffisant. La tolérance, par exemple, pourrait permettre de mettre un terme au conflit intérieur. Il faut donc encore un autre ingrédient : la légitimation.

La légitimation s’articule en deux temps :

  • pouvoir attribuer une responsabilité à autrui,
  • estimer que la punition est une prérogative non sociale mais individuelle, dont le but n’est pas de réhabiliter le fautif dans l’ordre social (les valeurs communes), mais rétablir l’ordre des valeurs auxquelles on adhère à titre individuel.

En d’autres termes : estimer que l’on est soi-même légitime à punir autrui non pas en vertu du droit mais en vertu de ses propres représentations morales. On infère donc deux choses :

  • la faute à partir d’une expérience personnelle et donc émettre une conclusion dont la logique est erronée (« j’ai vu trois vététistes freiner sur le chemin, donc les vététistes sont la cause de l’érosion de tous les chemins »),
  • une responsabilité en vertu d’une charge émotionnelle (« je suis en colère : eux ont le droit et pas moi ») qui déstabilise les normes, et permet le passage à l’acte : poser un piège (la destination).

Et puis, outre la vengeance personnelle contre les vététistes comme chez ce chasseur de l’Hérault, il y a le renforcement de la légitimation. C’est-à-dire tout ce qui chez l’individu malveillant pourra l’aider, de l’extérieur, à attribuer la faute et la responsabilité. Ce peuvent être par exemple :

  • un effet de groupe lorsque tout le monde y va de son témoignage personnel (on est toujours dans le jugement d’opinion) dans une bulle de représentation : « on a bien raison de penser ce qu’on pense »,
  • une pétition relayée par les médias comme celle de SOS massif des Vosges qui entretien soigneusement une confusion entre ce qui est vrai ou faux (la randonnée devenue impossible), légitime ou légal (le droit des VTT à rouler sur sentier) ou moral et immoral (les bonnes valeurs du randonneur vs celle du sportif) de manière à susciter l’adhésion.

Enfin, on ajoute la victimisation. Tout comme le troll bien connu des réseaux sociaux, l’inversion des rôles est le parfait moyen pour déstabiliser (croit-on) la cible. Ainsi, malgré l’effort de dialogue toujours prôné par la Mountain Bikers Foundation (aboutissant souvent à des ententes scellées comme celle entre chasseurs et vététistes), les chasseurs se voyant accusés eux aussi de bien des maux, n’hésitent pas à jouer les victimes. Sauf que… attisées parfois par les politiques (comme ce député LREM) les tensions se multiplient inutilement avec les chasseurs qui vont même jusqu’à faire interdire une compétition de VTT, alors même que certains chasseurs isolés se croient au Far West devant nos champions nationaux.

Bon… les tensions n’ont pas lieu qu’avec les VTT. Certains coureurs à pied en prennent aussi pour leur grade avec les chasseurs. Néanmoins, cela va mieux en le disant : les chasseurs, dans leur grande majorité, n’ont rien contre les VTT. Mon expérience personnelle confirme absolument la position commune de la Fédération Nationale de Chasse et des la Mountain Bike Foundation : j’ai toujours entretenu des relations très courtoises avec les chasseurs. Il suffit de demander où a lieu la battue et on peut toujours faire un petit effort de contournement, quel que soit son avis sur la chasse.

En fait, la malveillance contre les VTT est avant tout une affaire individuelle. Elle reflète les tensions entretenues par ceux qui ne savent pas partager les usages de la forêt ou de la montagne, et se livrent à du lobbying envers les municipalités pour chercher à tout interdire.

J’avais promis d’y revenir : les pistes d’Enduro. Oui, effectivement, cela crée de l’érosion, cela abîme par endroit les sentiers que d’autres entretiennent. Mais c’est du sport. En tant que discipline, j’ai du mal à comprendre pourquoi les municipalités qui s’enorgueillissent d’accueillir les VTT Cross Country sur des chemins balisés n’offrent pas aussi, dans les endroits concernés, des infrastructures sérieuses pour la descente. Je citerai au hasard (non, pas au hasard!) la municipalité de Barr dans le Bas-Rhin : il y a toute une population qui, ayant goûté dans cette même commune une dynamique favorable au développement de la discipline, se retrouve à se débrouiller comme elle peut pour aménager l’existant. Il y a un créneau à couvrir et un vrai petit trésor à valoriser. Pourquoi ne pas le faire et ainsi limiter les pistes sauvages ?

Une dernière chose : les imbéciles malveillants sont une extrême minorité d’individus qui peuvent cependant faire un tort considérable. Dans les Vosges, le partage de l’espace est de mieux en mieux vécu par les utilisateurs. VTT et randonneurs se croisent en toute cordialité, chasseurs et VTT discutent ensemble, les antennes du Club Vosgien (sauf celles qui n’ont rien compris au film, voir ici et ) ont souvent un groupe de vététistes dans leurs rangs, et quant aux protecteurs de la nature, ce n’est pas chez les vététistes qu’ils trouvent à blâmer pour l’état déplorable de certains milieux.

Notes


  1. Oui, il est assez facile de s’en apercevoir lorsqu’on fréquente les mêmes chemins régulièrement. Par exemple : vous passez un jour d’hiver, un arbre est tombé, traversant et endommageant le sentier. Il reste longtemps en place, le temps que des forestiers ou des bénévoles du Club Vosgien ou encore des vététistes locaux viennent le débiter. Vous repassez, le chemin est dégagé et vous rendez grâce à ces bénévoles sans qui la forêt deviendrait vite impraticable. Mais vous n’êtes pas seul à pratiquer le VTT à cet endroit. Vous avisez les morceaux de tronc posés à l’écart et vous ouvrez les paris : combien de temps ? Combien de temps avant qu’un-e imbécile trouve l’idée géniale d’en mettre un morceau en travers du chemin ? Pas juste pour obliger le cycliste à poser pied à terre (s’il s’agissait d’un obstacle à sauter, par défi, il y aurait toujours la place pour passer à côté). La pose malveillante d’obstacles est toujours réfléchie : en travers du chemin, certes, mais tiré avec d’autres branches, avec rage et détermination, vraiment pour faire ch…. Que faites vous ? vous posez le vélo, vous pensez aux autres pratiquants et vous rangez la forêt. Semaine suivante : déception, cela recommence. ↩︎