# Éditeur

Affaires privées : les coulisses

Affaires privées : les coulisses

☙ Posté le 02-06-2020

À la suite d’un échange sur une plateforme de microblogage, j’ai promis de décrire ma méthode de production de manu-(tapu)scrit en vue de l’édition d’un livre. Ce billet vise à montrer à quel point les formats ouverts sont importants dans un processus d’écriture. Il témoigne de mes préférences et n’est en aucun cas une méthode universelle. Cependant j’ose espérer qu’il puisse donner quelques pistes profitables à tous !

Zettlr : markdown puissance dix

Zettlr : markdown puissance dix

☙ Posté le 18-02-2020

Le logiciel libre a toujours quelque chose de magique. Cédant au plaisir coupable d’une attitude consommatrice, on se met à essayer frénétiquement plusieurs solutions logicielles, rien que « pour voir ». Zettlr fera-t-il partie de ces nombreux éditeurs markdown que je recense dans l’espoir de trouver le Graal du genre ? Attention : on n’essaye pas Zettlr sans en comprendre d’abord les objectifs.

Rédiger et manipuler des documents avec Markdown

Rédiger des documents et élaborer un flux de production implique d’envisager clairement le résultat final. Formulé ainsi, cela pourra toujours sembler évident : que voulez-vous faire avec votre document ? À qui le destinez-vous ? Pour quels usages ? Après avoir livré quelques considérations générales relatives à la stratégie j’expliquerai comment j’envisage la rédaction de documents (souvent longs) avec Markdown vers ODT ou LaTeX.

Ghostwriter, un bon éditeur Markdown

Ghostwriter, un bon éditeur Markdown

☙ Posté le 01-06-2017

Après plusieurs essais pour trouver l’éditeur Markdown qui convienne à mes besoins, je pense avoir trouvé avec Ghostwriter une réponse plutôt pertinente. Ghostwriter mise avant tout sur la simplicité. C’est ce qu’on appelle un éditeur « distraction free ». Il pousse même le concept jusqu’à proposer trois mode d’édition : un mode normal, un mode « focus » qui permet de mettre en surbrillance la phrase (et non la ligne) que l’on est en train d’écrire (jusqu’à la ponctuation, en fait), un mode « Hemingway », qui désactive les touches backspace et delete pour se forcer à écrire comme avec une antique machine à écrire mécanique.