# Numérique

Oui au chiffrement, non à la liberté

Dans cet article, nous allons voir comment la stratégie gouvernementale en matière de chiffrement suppose de limiter nos libertés numériques pour favoriser une économie de la norme à l’exclusion du logiciel libre. Telle est la feuille de route d’Emmanuel Macron. > Il y a quelque temps, j’ai écrit un article intitulé « Le contrat social fait 128 bits… ou plus ». J’y interrogeais les velléités gouvernementales à sacrifier un peu plus de nos libertés afin de pouvoir mieux encadrer les pratiques de chiffrement au nom de la lutte contre le terrorisme.

Du software au soft power

J’ai eu l’occasion de participer au livre dirigé par T. Nitot, Numérique : reprendre le contrôle (éd. Framabook), paru à l’occasion du Paris Open Source Summit 2016. J’interviens sur le sujet de l’autonomie numérique et les discours associés à cette problématique, aux côtés du grand Alain Damasio, qui nous a gratifié d’un texte magnifique. Je retranscris ici l’interview qui me concerne (pp. 99-107). Couverture. Numérique : reprendre le contrôle (Framasoft/Framabook, nov.